14/03/2005

Première rencontre..



Ce qui est merveilleux avec un chat, c'est qu'il n'y arien à faire quand il vient à vous, qu'à le regarder.
Il fait tous les pas.
Il est même recommandé de le laisser approchersans amorcer le moindre geste vers lui.
Nombre de gens ne peuvent s'empêcher de tendre les mains trop tôt,de chercher à attraper le petit animal, qui n'a pas eu letemps d'acquérir un minimum de confiance et qui, ducoup, fait machine arrière et va se réfugier dans les coins- vers quel monstre tentaculaire sa curiosité l'a-t-ellepoussé?

La meilleure «accroche» que l'on puisse avoir lorsd'une rencontre avec un chat, à condition bien sûr qu'ilait le premier manifesté de l'intérêt envers vous, c'est leregard.
Il est bien rare qu'un chat s'aventure à venir versquelqu'un s'il n'y a pas eu au préalable un échange deregards assez long. Ensuite, c'est la voix.
Ça parle beaucoup, un chat.
Plus ou moins suivant les races et les individus, et pour peu qu'on soit attentif et qu'on ait legoût de s'entraîner au sens du miaulement, on discernevite ce qui est de l'ordre de la question, du simple motdoux, de la réclamation ou du mécontentement, et onpeut avoir avec lui de véritables conversations. Il n'estpas vraiment nécessaire de miauler soi-même pour cela,car de son côté il comprend assez rapidement quelquesmots et surtout les sens des intonations si l'on prend lapeine de les exprimer assez clairement, comme on le faitpour se faire comprendre d'un jeune enfant. [...]

Lors d'une rencontre avec un chat, après l'échange desregards et de la voix, intervient l'odorat.
Il vient vous sentir et, si vous n'avez pas bougé, il ira jusqu'à grimpersur vous pour vous renifler plus commodément, et cequ'il sent doit lui plaire.
Beaucoup de rencontres tournentcourt à ce moment-là car, si votre odeur ne luiconvient pas, il s'en va tour simplement, abrégeant dumême coup le stade du véritable contact physique quidevrait suivre.
S'il ne vous a pas quitté, si tout ce qui aémané de vous lui agrée, vient alors le moment descaresses, du ronron couché sur vos cuisses - ça y est,vous avez un copam.


ANNY DUPEREY, Les Chats de hasard.

23:08 Écrit par barjomen | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

et bien j'ai veut tout le blog sensationnel et imogene est pour moi un chat historique ainsi que son compagnion archi .....milles kissss

Écrit par : carine | 25/05/2008

Les commentaires sont fermés.